16/01/2017

Le Triage Sainte Gertrude à Waterloo>Histoire locale

Triage sainte gertrude.JPG

Waterloo, 1972


En 1972, le conseil communal de Waterloo unanimes approuve un plan particulier d'aménagement prévoyant la construction d'immeubles de logements sociaux d'un à cinq étages permettant de loger quelque 9.400 personnes sur 72 hectares.


Waterloo, 1981


En 1981, le plan de secteur affecta la zone à l'extension d'habitat.


Waterloo, novembre 1990


Au cours d'une réunion de concertation qui s'est tenue en présence de la société propriétaire du site "FIAT Waterloo" - la firme suédoise Mirova - le dossier est momentanément retiré pour être étudié de manière plus approfondie.A l'origine des discussions un PPA (plan particulier d'aménagement) qui depuis 1978 destine exclusivement cette zone à du logement social.


Waterloo, février 1991


Au début du mois de février, le conseil communal de Waterloo adopta provisoirement un schéma directeur visant à abroger ce PPA gênant et à transformer le site en quartier résidentiel de quatre habitations à l'hectare.


Waterloo, avril 1991


Pour les riverains, la priorité c'est avant tout le calme et la nature du site - un des derniers espaces non lotis de Waterloo . Du logement social ou un quartier résidentiel, ils n'en veulent pas. Comme les sociétés autorisées à bâtir du logement social n'ont plus beaucoup d'argent, elles ne pourront probablement pas construire sur le triage avant très longtemps. Si on bouge, on risque par contre très fort d'hypothéquer irrémédiablement l'avenir.

Waterloo, mai 1991


Mirova a acheté le terrain pour un quart de milliard, ce n'est pas pour le laisser mourir, ont-ils riposté. Nous souhaiterions consulter les riverains avant d'agir mais qu'ils sachent que s'ils nous ferment systématiquement les portes, nous ne nous laisserons pas faire (sous-entendu nous appliquerons le PPA quitte à faire du logement social).


Waterloo, juin1991


La commune de Waterloo propose qu'on retire momentanément le dossier de l'actualité. Qu'on étudie le problème avec la Région Wallonne (il paraîtrait que celle-ci soutiendrait l'hypothèse sociale), qu'on forme un groupe de travail entre propriétaires du terrain et riverains et qu'on attende que se résolvent certains problèmes de circulation dans le quartier. Et aux responsables de Mirova: Si vous bougez, le conseil communal s'y opposera.

 

Publié dans TRIAGE SAINTE GERTRUDE |  Facebook | |

La bourgmestre de Waterloo "La gare de Waterloo et le Triage Sainte Gertrude"

Florence Reuter 9.jpg

Waterloo, octobre 2016.

Florence Reuter, la bourgmestre de Waterloo, "La gare de Waterloo et le Triage Sainte Gertrude" 

" J’y vois beaucoup de défis. Mais le Triage, on n’y touche surtout pas ! Quant au développement du Chenois ou de la zone Fiat, c’est encore prématuré, même si la volonté de la Région wallonne est de voir se densifier les quartiers autour des gares. Cependant, sans un Réseau express régional (RER) en service, cela ne sert à rien, maintenant, de construire à tout va dans le quartier. " (source : Le Soir BW 21/10/2016)

Points importants du conseil communal de Waterloo du 19 décembre 2016

Urbanisme.

Le Conseil communal a adopté l'avant-projet du plan communal d'aménagement dit “Gare-Infante”.

“Ce projet a été lancé en 2007, a rappelé la bourgmestre (MR). L'objectif de la Commune est de préserver le Bois des Bruyères et même d'étendre la portion qui lui appartient. Une partie du site se trouve actuellement en zone industrielle au plan de secteur. Il est donc aujourd'hui possible qu'une usine s'installe sur l'ancien parking Fiat et même une partie du Bois des Bruyères. Pour l'éviter, il est nécessaire de modifier la destination de la zone au plan de secteur.”

En 2007, le Conseil communal a donc demandé au Gouvernement wallon de pouvoir réaliser un Plan Communal d'Aménagement (PCA) du plateau de la gare. Cette requête a été acceptée par voie d’un arrêté ministériel du 6 décembre 2010. À la suite d'un appel d'offres public, un auteur de projet a ensuite été désigné. Ce bureau d'études indépendant et agréé par la Région wallonne vient de finaliser son avant-projet. C'est sur celui-ci que le Conseil communal était amené à se prononcer.

Cette étude a dû tenir compte de plusieurs contraintes définies dans l'arrêté ministériel. Celui-ci prévoit notamment que la partie de l'actuelle zone industrielle correspondant à l'ancien site Fiat passe en zone d'habitat. L’extrémité “est” de l'actuel Bois des Bruyères (60 ares situés en bordure de site) passerait également en zone d’habitat, mais cette suppression serait compensée par une zone de parc projetée le long du chemin de fer. La Commune propose, en outre, d’insérer au PCA une zone pour permettre la construction éventuelle d'une école ou d’un équipement d’intérêt collectif ou communautaire.

“Le problème,a poursuivi la bourgmestre, c'est que l'arrêté ministériel impose aussi une densité de 45 logements à l’hectare, ce qui est énorme. Une étude d'incidences environnementales va donc être lancée. J'espère qu'elle démontrera que cette densité est excessive. Nous pourrions alors tenter d'obtenir un nouvel arrêté ministériel. Par ailleurs, si un projet immobilier voit le jour sur le site Fiat, la Commune imposera, en charge d'urbanisme, la cession gratuite et totale de la partie du Bois de Bruyères qui ne lui appartient pas aujourd'hui. De plus, tout projet éventuel est conditionné à une étude de mobilité, voire à l'arrivée du RER. Enfin, l'avant-projet de PCA impose au propriétaire des terrains d'augmenter la zone verte préservée.”

Le groupe Écolo s'est dit étonné d'avoir découvert ce projet en même temps que l'ordre du jour du Conseil communal. “Il s'agit pourtant de la refonte complète d’un périmètre qui aura un impact sur les quartiers avoisinants. Il est dommage que la population n'ait pas été consultée auparavant. Sur le fond, nous souscrivons à plusieurs lignes directrices de ce plan : il est nécessaire de corriger les anomalies du plan de secteur et il convient de réaménager la zone industrielle. La zone près de la gare peut aussi être densifiée, mais la densification a des limites : aucun grand axe routier ne la dessert et le RER n'est pas prêt de voir le jour. Par ailleurs, nous avions compris qu’il y aurait soit une école, soit du logement sur le parking Fiat. À présent, nous découvrons qu'il y aurait les deux, à des endroits différents.”

“Si ce dossier vous est présenté aujourd'hui, c'est parce que la législation va changer prochainement. Le nouveau Code du Développement Territorial, le CoDT, prévoit la disparition de la procédure actuelle : seul le gouvernement wallon aura alors la possibilité de modifier le plan de secteur. La Commune n'aurait donc plus la main et pourrait se voir imposer des modifications qu'elle ne souhaite pas, a averti la bourgmestre. Quant à la consultation de la population, je vous rappelle qu'il y a des procédures à respecter. Il ne s’agit ici que d’un avant-projet qui va permettre de lancer l'étude d’incidences. L'enquête publique suivra et l’avant-projet sera aussi soumis à la CCATM (Commission Communale d'Aménagement du Territoire et de la Mobilité), ainsi qu’au CWEDD (Conseil wallon pour l’Environnement et le Développement Durable).”

Un conseiller MVW a souligné que plusieurs associations de défense de l'environnement avaient demandé le classement de la totalité du Bois des Bruyères en 2014. “Nous regrettons que ce dernier n'ait pas été directement placé en zone verte dans cet avant-projet. Nous pensions également que l'école des Sacrés-Cœurs avait l'intention de s'installer sur l'ancien parking Fiat et pas dans le Bois des Bruyères.”

“Vous aviez fait le débat sur les réseaux sociaux, avant même qu'il n'ait lieu au sein du Conseil communal,a réagi la bourgmestre. Vous avez joué sur la peur des gens. Soit vous avez menti, soit vous n'avez pas compris le dossier. Quoi qu'il en soit, ces pratiques populistes voire poujadistes sont indignes d'un mandataire public. Je rappelle aussi que l'arrêté ministériel nous impose la zone d'habitat en lieu et place de la zone industrielle. Nous avions deux options : soit ne rien faire et risquer de voir des industries lourdes s'implanter sur le site, soit agir pour préserver le Bois des Bruyères. Nous avons choisi la seconde solution.”

Cet avant-projet a été approuvé par la majorité MR et le conseiller PS. Les trois membres d'Écolo et les deux élus MVW ont voté contre.

Finances

Le budget communal de l'exercice 2017 a été présenté à l'assemblée. On en lira les détails en page 1.

Nous réussissons à présenter un boni de 378 877€ à l’exercice propre, a résumé la bourgmestre. Cela n'a pas été facile, compte tenu des contraintes qui nous sont imposées par les différents niveaux de pouvoir. Nous avions déjà perdu 285 000€ du Fonds des Communes fin 2016 ; nous serons privés de la même somme en 2017. L'organisation de la Zone de secours du Brabant wallon représente aussi un coût important pour la Commune. Pour y pallier, nous réduisons drastiquement les dépenses. L'objectif est de maintenir les services à la population, sans augmenter les taxes communales. Enfin, nos entités subordonnées nous soutiennent dans nos efforts. La dotation au CPAS a baissé de 74 000€ et celle de la Police de 100 000€. Il s'agit bien d'une compression de dépenses, mais pas d'une diminution des services. Toutes leurs missions seront assurées et, si nécessaire, leurs budgets seront réévalués en cours d'année.”

Selon le conseiller PS, cette présentation édulcore la réalité. “C’est en allant chercher de l'argent dans les budgets du CPAS et de la Police qu’on arrive à équilibrer le budget communal, a-t-il estimé. La Commune paie 360 000€ pour l'entretien des ronds-points, alors que la moitié de ce qui est prévu dans le cahier des charges n'est pas presté. Il y a déjà là 180 000€ d'économies à réaliser. Par ailleurs, ne pourrait-on pas organiser le festival du film tous les deux ans ? Faut-il vraiment dépenser 50 000€ pour cet événement ? C'est un choix politique, certes, mais je trouve que c’est un choix malheureux.”

“Le chiffre que vous citez est totalement faux,a réagi l'échevin de la Culture et du Tourisme (MR). Ces 50 000€ sont destinés à plusieurs événements, notamment les expositions qui sont organisées au Musée Wellington ou aux Écuries, les concerts, les grandes conférences. Et il n'est pas certain que toute la somme budgétée soit effectivement utilisée.”

Pour Écolo, la diminution de la dotation du Fonds des Communes ne doit pas être considérée comme une sanction, mais bien comme une répartition définie par la Région wallonne sur base de nombreux critères. “Il ne faut pas oublier non plus que les recettes de l'IPP (Impôt sur les Personnes Physiques) sont en baisse en raison du tax shiftdécidé par le gouvernement fédéral, ont poursuivi les Verts. Nous pensons pour notre part que puiser dans les budgets de la Police et du CPAS ne relève pas d'une bonne gestion. Nous sommes satisfaits que certaines dépenses soient revues à la baisse ou disparaissent, mais nous ne trouvons pas les lignes directrices qui ont conduit à ces choix.”

“Le maintien d'une taxation basse, la diminution des dépenses de fonctionnement, la maîtrise de la dette malgré des engagements importants comme la rénovation de l'école de Mont-Saint-Jean, l'optimalisation de la gestion humaine : voilà les principes sous-jacents à ce budget, a répondu l'échevin des Finances (MR). Et dans le même temps, nous alimentons notre fonds de réserves extraordinaire, afin de financer diverses réalisations en limitant le recours à l'emprunt.”

“Je ne vais pas refaire le débat du Fonds des Communes, a poursuivi la bourgmestre,mais ce que nous dénonçons, c'est la modification des règles en cours d'exercice et le fait que certains critères importants ne soient pas pris en compte. Le gouvernement wallon a tendance à estimer que Waterloo est une Commune riche et a donc besoin de moins d'aide. Tout cela est évidemment faux et relève de la gestion partisane.”

Le MVW note, pour sa part, un effort de rationalisation mais considère qu'il ne sera pas suffisant. “Vous puisez tout de même un million d'euros dans les réserves. Il va aussi falloir faire face aux frais de personnel en augmentation. Vous réduisez les moyens du CPAS et ceux de la Police, alors que les secteurs sociaux et de la sécurité sont en demande constante. Enfin, si vous aviez investi dans les économies d'énergie autrefois, vous pourriez aujourd'hui dégager des moyens.”

“Malgré cette diminution, le CPAS de Waterloo reste l'un de ceux dont la dotation est la plus élevée et dont les services sont les plus nombreux en Wallonie, a rappelé la bourgmestre.Concernant la Police, il n'y aura aucune restriction au niveau du personnel. Au contraire, nous voudrions engager, mais nous ne trouvons pas de nouveaux inspecteurs. Je vous invite à comparer le budget d’autres Communes wallonnes avec le nôtre. Il serait plus facile pour nous de faire passer l'IPP à 8%, plutôt que de faire des efforts et réduire nos dépenses. Nous ne ferons pas porter aux citoyens le prix des baisses de recettes imposées par d’autres niveaux de pouvoir ! Nous parvenons néanmoins à honorer nos engagements, nous ne réduisons aucun investissement et nous maintenons les services à la population.”

L'échevin des Finances a aussi rappelé que des audits énergétiques de tous les bâtiments communaux ont été réalisés il y a plusieurs années. “Il a déjà été suivi d'effets, notamment dans les écoles : nous avons changé des chaudières, remplacé des châssis,...”

Les budgets de la Commune, du CPAS et de la Police locale ont été approuvés par la majorité MR. Écolo a voté contre le budget communal et s'est abstenu sur les deux autres. MVW s'est abstenu pour les trois. Enfin, le PS a voté contre le budget de la Commune, s'est abstenu pour le budget du CPAS et a voté favorablement le budget de la Police.

Proposition étrangère à l'ordre du jour

À la demande du groupe Écolo, un point a été ajouté à l'ordre du jour. Il visait à annuler le point relatif à l'entretien des ronds-points et zones vertes, approuvé en novembre dernier.

Le nombre de tontes et de tailles de haies prévu par le cahier des charges est beaucoup trop élevé, justifie notamment Écolo. Nous doutons d'ailleurs fortement que ces prescriptions soient bien respectées par les prestataires. Nous pensons aussi que des citoyens volontaires pourraient entretenir certains petits espaces, afin de limiter les coûts.”

“L'entretien des espaces verts coûte cher, a admis la bourgmestre. Cela dit, quand on compare les offres des soumissionnaires, on s'aperçoit qu'il n'y pas de grosse différence de prix. Waterloo compte tout de même 227 espaces verts ! Il n'est pas impossible que la Commune en reprenne la gestion, mais cela suppose une réorganisation du service, voire l'engagement de jardiniers. Cela ne s'improvise pas et je me laisse une année pour examiner les diverses solutions. Entre-temps, il est hors de question de laisser Waterloo en friche et je ne veux donc pas annuler ce point. En revanche, je ne crois pas trop à la gestion par des citoyens. Qui va contrôler ce travail et comment ? Enfin, concernant le nombre de tontes et de tailles dans le cahier des charges, il s'agit d'une estimation. Il ne faut pas oublier qu'autrefois ce marché courait sur quatre ans et que ce nombre fluctue en fonction de la météo. Cela dit, je demanderai aux prestataires de faire un relevé hebdomadaire très précis et de nous adresser des factures détaillées de ce qui sera effectivement réalisé. Je suis aussi ouverte à d'autres solutions, comme la multiplication de prés fleuris. Je m’engage donc à réévaluer la situation après cette année de réflexion.”

La motion a été rejetée, le MR et le PS votant contre. Écolo et MVW l'ont approuvée. 

Publié dans CONSEIL COMMUNAL |  Facebook | |

Bonnes nouvelles pour le Petit Poucet Waterloo.

Florence Reuter 9.jpg"Waterloo est un peu le Petit Poucet. Les autres niveaux de pouvoir lui impose des charges et elle parvient à dégager 378.877 € à l'exercice propre". (Florence Reuter)

"Cette année le budget prévoit 36,8 millions €"  (Etienne Verdin)

Pour compenser "Chaque échevin va compresser ses dépenses de 6%" (Florence Reuter)

 

Etienne Verdin.jpgEt "En plus de la rénovation de l'Ecole communale de Mont-St-Jean cinq millions d'euros seront consacrés à l'amélioration de la chaussée Bara, l'avenue Bel Air, la rue de l'Infante, l'amélioration de l'éclairage public, le renouvellement des châssis de la Maison du Tourisme et l'escalier de Waterloo Tennis" 

 

source : waterlooinfo 1418 du 12 janvier 2017

Petit poucet.jpg