14/04/2014

Waterloo>Histoire locale> la Confrérie des Maîtres Paveûs, Scribeux et Mougneux de Tarte au sucre de Waterloo.

Waterloo-Histoire locale- la Confrérie des Maîtres Paveûs, Scribeux et Mougneux de Tarte au sucre de Waterloo.

C'est ce 12 avril 2014 que s'est déroulé le XXIIe Chapitre de la Confrérie de Waterloo.

Confrérie de Waterloo XXIIe.jpg

 

C'est en 1993 que fut crée sous l'impulsion  du  président des commerçants de l’entité Georges RAEYMAEKERS et deux représentants du Syndicat d’Initiative local Françoise LEONARD et Robert GAUL  la Confrérie des Maîtres Paveûs, Scribeux et Mougneux de Tarte au sucre de Waterloo. 

xxiie chapitre

  Avec le blocus continental ( 1789-1815  ) Napoléon encouragea la culture de betteraves sucrières. La culture de la betterave, la  sucrerie de Waterloo et le sucre devint ainsi le premier emblème de la confrérie. 

Sucrerie de Waterloo.jpg

 Lorsque  l'empereur autrichien décida de faire paver la route reliant Charleroi à Bruxelles. Waterloo était à mi-chemin et c'est donc là que des paveurs s'installèrent pour ce chantier de longue haleine. Des talents se développèrent et la réputation des paveurs de Waterloo fut connue de façon internationale. L'histoire raconte même que certains d'entre eux furent dépêchés à Moscou pour paver des rues de la ville et même la célèbre place Rouge. Les paveurs devinrent ainsi le second emblème. 

Paveurs 1.jpg

Paveurs.JPG

Le troisième emblème, celui des écrivains est  sans doute le créneau qui a le moins réussi. La confrérie voulait aussi susciter les écrivains car c'est à Waterloo que séjourna Victor Hugo  en 1861 pour écrire et décrire la terrible bataille de Waterloo 1815. 

 

Hotel_des_Colonnes_Waterloo.jpg

  Ainsi fut créée la Confrérie des Maîtres Paveûs, Scribeux et Mougneux de Tarte au sucre. La tarte au sucre étant quand même moins lourde à digérer qu'un pavé de Waterloo, c'est elle qui occupe une place de choix dans les chapitres de cette confrérie.

 

La confrérie octroie chaque année des labels aux pâtissiers de la commune de Waterloo. La qualité des tartes est jugée et un nombre d’étoiles est octroyé : trois aux meilleures, puis deux, puis une à celles jugées le moins conforme à la recette originale. Il faut aussi souligner que pour le chapitre, c’est la Dame Panetière qui confectionne les tartes nécessaires au bon déroulement du rituel.

La confrérie s’est fixé trois buts bien précis.

Paveûs (paveurs) : Maintenir vivant le souvenir d'une classe laborieuse autrefois importante à Waterloo : les paveurs de Waterloo dont le renom s'étendait au-delà de nos frontières jusqu'en Russie.

Scribeux (écrivains) : Seuls des écrits et gravures illustrent le passé de la vie rurale et artisanale de Waterloo jusqu'au début du 20ème siècle. La Confrérie veut encourager les écrivains, jeunes et anciens. 

Mougneux de Tarte au Sucre (mangeurs de tarte au sucre) : La tarte au sucre cassonade était autrefois un des fleurons de la gastronomie locale. Une sucrerie installée à Waterloo dans les années 1835-1836 témoigne du passé socio-économique de la région. Il faut y ajouter un but social : venir en aide aux institutions accueillant à Waterloo des enfants et des jeunes parmi les plus démunis.

 Les photos et reportages de ce XXIIe Chapitre >>>  ICI   ( photos de Patrick Williot)

La recette de la tarte au sucre de Waterloo >>>  ICILangue tirée

 

xxiie chapitre

Publié dans HISTOIRE LOCALE | Tags : xxiie chapitre |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.