08/04/2014

Waterloo>Points importants du Conseil communal du lundi 31 mars 2014

Les points importants de la séance du Conseil communal du lundi 31 mars 2014

 

Travaux publics

  • L'Assemblée a ratifié unesignification de jugement d'un litige opposant la Commune de Waterloo à un entrepreneur. “Il est malheureusement en notre défaveur, a précisé le bourgmestre (MR). Cette affaire remonte à plusieurs années. L'entreprise chargée de l'amélioration de la rue Coleau avait dépassé les délais et nos services avaient constaté des fuites et déperditions dans le système d'égouttage. En réparation, la société avait placé des manchettes synthétiques que nous avions considérées comme une moins-value par rapport aux prescriptions du cahier des charges. Le tribunal n'en a pas jugé ainsi et nous condamne au remboursement des sommes retenues.”

Le groupe MVW s'étonne que le Conseil communal ne soit informé de cette décision qu'aujourd'hui, le jugement datant d'octobre 2012. “Nous n'en avons été saisi que récemment par l'administration”, a répondu le bourgmestre. “Tout le monde a le droit à l'erreur, a reconnu MVW, mais la Commune va devoir s'acquitter d'intérêts de retard. Il faudra en tirer les conclusions afin d'éviter que cela ne se reproduise.”

  • Le Conseil communal a également approuvé le nouveau programme d'asphaltage de diverses artères communales“Il est totalement concentré sur le quartier dit “de l'ancienne propriété terrienne”, a précisé le bourgmestre. Vous en conviendrez : les rues y sont en mauvais état.”

Écolo regrette qu'aucune justification ne soit apportée au choix des rues. “Il n'y a pas de véritable plan d'asphaltage ; d'autres voiries comme la rue Émile Dury pourraient également bénéficier d'une réfection”, estiment les Verts.

“Je partage votre avis mais nous ne pouvons malheureusement pas tout faire en une fois, a répondu le bourgmestre. Le réasphaltage tient compte des constats réalisés par nos services, ainsi que des demandes des habitants. Cela dit, les plans votés en 2012 et 2013 n'ont pas encore été réalisés, en raison de la lenteur de l'obtention des subsides. Ils ne le seront que cette année. Avec celui de 2014, ils forment un programme solide.”

Écolo s'est abstenu. Le MR, MVW et le PS ont voté favorablement.

  • Tous les Conseillers ont également approuvé la modification de l'estimation du coût de la transformation et de l'extension de l'école communale de Mont-Saint-Jean“Notre seule chance d'obtenir des subsides de la Communauté française est d'accroître la capacité d'accueil de l'établissement ”, a rappelé le bourgmestre.

“Nous devons même remplir deux conditions : aménager de nouvelles classes et répondre aux nouvelles normes environnementales”, a précisé l'échevine de l'Enseignement (MR).

Le nouveau projet prévoit donc la création de neuf classes supplémentaires, mais aussi l'agrandissement du réfectoire, ainsi que le placement d'une isolation sur le bâtiment “Syntra” existant. “Nous y sommes favorables mais l'estimation s'élève à 7.445.000 €”, a relevé MVW.

Le bourgmestre a toutefois conditionné la réalisation de ces travaux à l'obtention des subsides. Ceux-ci s'élèveraient à 75 % du coût total.

Proposition étrangère à l’ordre du jour

  • À la demande de MVW, un point a été ajouté à l'ordre du jour du Conseil communal.

“Nous pensons que nous devrions protéger les terres agricoles du Triage Sainte-Gertrude,a expliqué un des deux membres du groupe. Il semblerait qu'une action en justice empêche la culture de cet espace par ses exploitants agricoles. Or, la préservation des zones agricoles est importante, tant en termes d'Aménagement du Territoire que dans la lutte contre l'imperméabilisation des sols. Il s'agit aussi des dernières terres agricoles sur Waterloo, en dehors de celles proches du Champ de Bataille. Nous souhaiterions donc que les autorités communales s'engagent à prendre les initiatives pour faire classer le Triage Sainte-Gertrude en zone agricole d'intérêt paysager.”

“Je me dois malheureusement de rectifier toute une série d'erreurs et de lacunes dans vos propos,a répondu le bourgmestre. Tout d'abord, le plan de secteur ne situe pas ces terres en zone agricole mais en zone d'extension d'habitat, même si elles sont effectivement exploitées actuellement par un agriculteur. Je dois aussi rappeler qu'en 1976, André Caussin, le bourgmestre d'alors, a fait voter un Plan Particulier d'Aménagement (PPA) prévoyant la construction de 3500 logements sociaux sur place. Or, lorsque l'actuel plan de secteur a été introduit, le Conseil d'État a rendu un arrêt stipulant que les PPA existants restaient valables. Il serait, dès lors, très dangereux de lancer la procédure que vous suggérez. Enfin, je ne veux pas prendre le risque de placer la Commune dans un éventuel contentieux. Le propriétaire du terrain pourrait s'estimer lésé de ce changement et exiger une indemnisation. Ce dossier est donc infiniment plus complexe que ce que vous pensez. Cela dit, je me suis toujours engagé à ne pas mettre en œuvre cette zone d'extension d'habitat et donc à préserver ce site pour les générations futures. Ce seront à elles de décider ce qu'elles veulent en faire.”

Le groupe MVW a finalement proposé de retirer ce point de l'ordre du jour. 

source>>>waterloo.be

Les commentaires sont fermés.