18/01/2018

Le Mémorial 1815 de Waterloo

 
 
Ce mercredi 17 janvier 2018, j'ai co-signé avec le Ministre wallon du Tourisme, René COLLIN, et la Présidente de l’Intercommunale Bataille de Waterloo 1815, Nathalie Du PARC LOCMARIA, la convention relative au site du Champ de Bataille de Waterloo. 

Ce texte permet le lancement, dès ce jour, d’un marché public de mise en concession de la gestion immobilière, de l’exploitation commerciale et touristique de ce site historique par un opérateur privé.   La suite >>>> ICI

 

|  Facebook | |

Waterloo Info n°1463 du 18 janvier 2018

Waterloo Info n°1463 du 18 janvier 2018>> ICI

Au sommaire notamment : 

> Les prochains défis de l'administration communale ;

> CinéWa ;

> Appel aux collectionneurs  ;

> Devenez "Ambassadeur de la propreté"

 

 

 

Publié dans WATERLOO INFO |  Facebook | |

17/01/2018

Willy Borsu à Waterloo

Le ministre-président à Waterloo : "Marre de recevoir des préavis de grève et d'entendre que la Wallonie est à la remorque !"

Borsu.JPG

Publié dans ACTUALITE |  Facebook | |

15/01/2018

Compte rendu du conseil communal de Waterloo du lundi 18 décembre 2017

Le budget communal, ainsi que ceux du CPAS et de la Police locale ont été votés à l'occasion du dernier Conseil communal de l'an dernier.  Le récit des discussions est repris ci-dessous. Vers la présentation plus détaillée.

  •  Le budget communal 2018 présente, à l'ordinaire, un boni de 456 405 euros sur un montant total de plus de 37 millions et demi d'euros. À l'extraordinaire, une enveloppe de plus de cinq millions d'euros est prévue pour divers investissements.

"C’est un budget de fin de législature, raisonnable et prudent, a résumé la bourgmestre (MR). On y retrouve les grandes orientations et les engagements pris ces dernières années. Nous avons réussi à maintenir nos taux d'imposition au plus bas, malgré la rénovation et l'extension de l’école communale de Mont-Saint-Jean. Nous poursuivons aussi nos chantiers classiques d'améliorations de voiries. Au service ordinaire, nous notons une augmentation des dépenses en personnel, liée à l'index et aux évolutions de carrière. Nous continuons néanmoins à diminuer nos dépenses de fonctionnement. Enfin, la dette est plus que maitrisée. En résumé, la prochaine législature pourra commencer avec des finances communales saines."

Plusieurs membres de l'opposition ont tenu à commenter ou à défendre leurs points de vue sur ce budget.

Le groupe Ecolo a regretté de ne pas avoir une note expliquant les projets concrets pour 2018 et la perspective dans laquelle ils sont réalisés. Il s'étonne également que le montant prévu pour l'entretien des espaces verts n'ait pas changé, alors qu'il était question de réorganiser ce service. Les Verts se sont enfin dit heureux de constater qu'un montant de 100 000 euros était prévu pour la révision du Plan Communal de Mobilité et se sont réjouis des projets d'installation de panneaux photovoltaïques et de rénovation des abords de la chaussée Bara.

"Si vous le souhaitez, nous pouvons envisager de vous remettreune petite déclaration de politique générale au moment de la présentation du budget, a acquiescé la bourgmestre. Concernant les espaces verts, nous évaluons l'intérêt financier de reprendre leur entretien en interne, plutôt que de le confier à une société privée. Nous procédons actuellement au recrutement d'un conseiller en cadre de vie qui sera responsable de ce dossier. En attendant, nous envisageons de reconduire le marché pour un an."

Le groupe MVW a relevé qu'entre 2012 et 2018 les dépenses avaient augmenté davantage que les recettes. "Certes, la dette a diminué, mais les frais de personnel et de fonctionnement augmentent." MVW a également demandé des précisions sur les budgets prévus pour l'élaboration des outils urbanistiques et pour la mobilité.

"Nous avons conscience de ces augmentations et des nouvelles charges qui pèsent sur les communes, mais il faut adopter une vue globale, a estimé le président du CPAS en charge des Finances communales (MR). Les frais de fonctionnement, par exemple, sont évidemment indexés."

Concernant la révision du Plan Communal de Mobilité, l'échevin de la Mobilité (MR) a expliqué qu'il devrait prendre en compte le trafic de transit de toute la périphérie de Waterloo et ne pas se limiter aux interactions avec Braine-l'Alleud. Enfin, les budgets alloués aux outils urbanistiques ne sont que des estimations, a rappelé la bourgmestre. "La zone d'enjeu communal, par exemple, est un nouvel outil introduit récemment. Nous avons donc fait des prévisions plutôt larges."

Pour conclure, le PS a regretté que la Commune puise dans ses fonds de réserve pour équilibrer son budget. Pour éviter d'y recourir, il a proposé de faire appel à un indicateur-expert pour mettre à jour la matrice cadastrale. "Aujourd'hui, de nombreux ménages paient un précompte immobilier pour une habitation "modeste", alors que celle-ci a été rénovée voire agrandie. Il n'y a plus aucun contrôle depuis des années. Il ne s’agit pas de lever un nouvel impôt, mais simplement d'appliquer une plus grande équité fiscale."

"La Commune dispose déjà d'un indicateur-expert, a informé la bourgmestre. Il faut lui laisser le temps de remettre tout cela à flot, après de nombreuses années de non vérification." "La réévaluation du cadastre relève du fédéral, mais cela ne lui rapporte rien, a renchéri l'échevin des Finances. L'administration fédérale met ainsi un certain temps à enrôler les régularisations et les réévaluations faites suite à une vente ou au passage d'un indicateur-expert."

Par ailleurs, l'élu socialiste a rappelé que la non-staturisation du personnel communal entraînait une importante hausse de la cotisation de responsabilisation. "Or, un agent nommé ne coûte que 2% de plus qu'un contractuel", a-t-il évalué.

"Le coût d’un statutaire est beaucoup plus élevé que cela, a répondu la bourgmestre. Par ailleurs, d'un point de vue social, si nous lançons une campagne de nomination, nous devons l'ouvrir à des candidats extérieurs. Cela pourrait entraîner une perte d’emploi pour certains membres de notre personnel actuel dont nous sommes satisfaits."

Le budget communal a été approuvé par la majorité MR. Les deux élus MVW et le conseiller socialiste se sont abstenus. Les trois membres d'Ecolo ont voté contre.

  • Le budget 2018 du CPAS a également été voté. Il est en équilibre. Son président (MR) a rappelé que l'intervention communale n'avait plus changé depuis 2013. Depuis décembre 2017, le CPAS est, par ailleurs, propriétaire d'un terrain jouxtant la Maison de Repos. De nouveaux projets relatifs à l'accueil des personnes âgées pourraient y être envisagés.

Le groupe Ecolo a notamment relevé l'augmentation des frais de personnel. En marge de l'acquisition du nouveau terrain, il a également insisté sur l'importance de pouvoir proposer des locaux au secteur associatif. MVW a, pour sa part, jugé préoccupante l'augmentation du budget du CPAS, passant d'un peu plus de 14 millions d'euros en 2016 à 16,5 millions en 2018.

"Le CPAS s'est vu confier de nouvelles missions et a donc procédé à des engagements, a répondu son président. Mais certaines de ces dépenses sont subsidiées. Il est logique que le CPAS dépende à la fois des interventions fédérales, régionales et communales."

Le budget du CPAS a été approuvé par la majorité MR. Ecolo, MVW et le PS se sont abstenus.

  • Enfin, concernant le budget de la Police locale, sa dotation a été remise au même niveau que précédemment, après une baisse en 2017. Ecolo s'est abstenu.

Les autres points importants

Urbanisme

  •  Un permis d'urbanisme conditionnel vient d'être octroyé à la SA MILVI, en vue de construire un immeuble de flats-services (38 logements) à hauteur du 628A, chaussée de Bruxelles. "Il a été délivré par le ministre compétent, malgré un avis défavorable de la Commune et du fonctionnaire délégué", a précisé la bourgmestre. Sur proposition du Collège communal, l'assemblée a unanimement autorisé la Commune à ester en justice pour défendre sa position.
  • Le projet de réaménagement du Centre de la Commune entame son parcours administratif. Une décision de principe a été prise par le Conseil, en vue de réaliser ultérieurement une zone d'enjeu communal (ZEC). Selon les spécialistes en aménagement du territoire, cette étape est essentielle pour permettre la révision du plan de secteur nécessaire à ce projet.

Répondant à des questions d'Ecolo et de MVW, la bourgmestre a insisté sur le caractère technique de ce point. "Il ne s'agit pas encore de désigner un bureau d'études, ni même de délimiter officiellement la zone de travail. Nous décidons simplement de lancer une procédure urbanistique qui ne fige rien et qui ne nous empêche pas de travailler en parallèle sur d'autres aspects, comme la mobilité."

Ce point a été approuvé à l'unanimité.

Travaux

  • Enfin, les mises en souterrain des réseaux d'électricité, d'éclairage public et de télédistribution ont été approuvées pour l'avenue Bel Air et la rue de l'Infante(entre l'avenue Fructidor et la chaussée Bara). Il s'agit des premiers travaux qui seront réalisés dans le cadre du réaménagement complet de ces voiries. 

Publié dans CONSEIL COMMUNAL |  Facebook | |